Hommage à Boris Vian : Oré - plage 1
JEUDI 23 AVRIL

Hommage à Boris Vian : Oré

 

#PDBimaginaire – ORÉ

Il y a 100 ans naissait le grand Boris Vian, dont l’héritage musical n’a pas pris une ride… Oré reprend « Le déserteur », une relecture actuelle de ce classique #PDBimaginaireOré a tenu à nous faire part des raisons qui l'ont poussée à choisir ce titre :Ne pas obéir aveuglément à ce qui a été imposé et normalisé comme étant la « règle ». C’était important pour moi de reprendre ce morceau pour plusieurs raisons. La première, c’est que je le trouve très actuel : si on met de côté le contexte de la guerre (fin d’Indochine et début d’Algérie ; la chanson a été écrite en 1954), les mots utilisés et la vérité simple qui en ressort auraient autant d’impact aujourd’hui. « S’il faut se sacrifier, commencez par vous-même » Les inégalités sont frappantes aujourd’hui, et une crise comme celle que nous vivons aujourd’hui ne fait que les exacerber. Dans ce contexte, ce ne sont pas des discours vides qui sont attendus mais une réelle attention pour le pays et ceux qui le font vivre (on sait tous aujourd’hui qui sont ces gens). Méfions nous de la crise à venir, des mesures qui ont / vont être prises et rappelons nous de qui a réellement été « au front », et à cause de qui ils le sont dans des conditions si misérables. Boris Vian est un exemple pour moi. Et je suis fière, en tant que femme, d’avoir pu prêter ma voix à l’un de ses textes majeurs. J’espère que cette version vous plaira, dans le cas contraire j’espère avoir pu ramener cet homme et ses idées à votre mémoire ! Prenez bien soin de vous !

Publiée par Le Printemps de Bourges sur Mercredi 22 avril 2020

 

Il y a 100 ans naissait le grand Boris Vian, dont l’héritage musical n’a pas pris une ride… Oré reprend « Le déserteur », une relecture actuelle de ce classique #PDBimaginaire
Oré a tenu à nous faire part des raisons qui l’ont poussée à choisir ce titre :

Ne pas obéir aveuglément à ce qui a été imposé et normalisé comme étant la « règle ».

C’était important pour moi de reprendre ce morceau pour plusieurs raisons. La première, c’est que je le trouve très actuel : si on met de côté le contexte de la guerre (fin d’Indochine et début d’Algérie ; la chanson a été écrite en 1954), les mots utilisés et la vérité simple qui en ressort auraient autant d’impact aujourd’hui.
« S’il faut se sacrifier, commencez par vous-même »
Les inégalités sont frappantes aujourd’hui, et une crise comme celle que nous vivons aujourd’hui ne fait que les exacerber. Dans ce contexte, ce ne sont pas des discours vides qui sont attendus mais une réelle attention pour le pays et ceux qui le font vivre (on sait tous aujourd’hui qui sont ces gens). Méfions nous de la crise à venir, des mesures qui ont / vont être prises et rappelons nous de qui a réellement été « au front », et à cause de qui ils le sont dans des conditions si misérables.
Boris Vian est un exemple pour moi. Et je suis fière, en tant que femme, d’avoir pu prêter ma voix à l’un de ses textes majeurs. J’espère que cette version vous plaira, dans le cas contraire j’espère avoir pu ramener cet homme et ses idées à votre mémoire ! Prenez bien soin de vous !

Top